Vous êtes ici

Le journaliste André Viard distingué à Madrid

Traduit de Mundotoro :

Madrid (Espagne) - Le Ministre de l'Education, de la Culture et su Sport, José Ignace Wert, a remis jeudi  soir, 22 juin 2012, le VIII°  Prix Baltasar Iban, récompensant le journalisme Taurin par la Fondation Wellington, au critique et  photographe taurin, André Viard.

Au cours d’une cérémonie qui réunissait d’éminentes personnalités, Wert a loué l'œuvre du Président de l'Observatoire des Cultures Taurines Français parce que  « Viard constitue un aval pour l'avenir de la Fête. Il a dédié toute sa vie à la défense ferme des valeurs de la tauromachie, comme le fait le Prix Nobel Mario Vargas Llosa, le premier lauréat du Prix Baltasar Ibán » .

La secrétaire de la Fondation Wellington, Silvia Gutiérrez, a souligné que la récompense a été accordée à notre compagnon et collaborateur de Mundotoro  « pour sa défense des valeurs de la tauromachie ». Après avoir lu l'acte du jury sous la présidence de José Marie Álvarez du Pommier, l'ex-maire de Madrid, a loué à son tour le travail de Viard, parce que «  il offre une vision cultivée et humaniste de la Fête ».

Comme le reprend l'agence EFE, André Viard a remercié pour cette attribution d'un Prix « dont tous les journalistes rêvent, parce qu'il nous identifie avec la défense de la culture et de l'éthique du combat avec le taureau. Nous vivons une difficile époque,  nous devons lutter pour notre survie taurine, pour les valeurs de la Fête et du taureau. Il faut récupérer le taureau comme élément primordial du spectacle dans toute sa splendeur ».

Quant à Cristina Moratiel, représentante de la Direction de la Fondation Wellington,  créatrice de ce prix, elle déclaré : « La voix de Viard dénonce le grand mensonge du "taurinisme" moderne depuis sa revue "Terres Taurines" et d'autres médias nationaux et internationaux ».

Le Prix est doté de 21.000 euros et d’une sculpture de Paul Lozano.

Les bénéficiaires du prix  au cours de ses  éditions antérieures ont été : Charles Herrera, Antonio Burgos, Alphonse Ussia, Mario Vargas Llosa et Luis Marie Anson (ex-aequo), Francisco Cano "Canito", l'ÉquipeTaurine de Digital + de Manuel Molés et Pierre Piqueras.

 



La corrida est un patrimoine
culturel immatériel français
 

Les liens

visitez les sites

suivre onct sur twitter
 

CulturesTaurines.com

le Site

nous Suivre